À Charles Spon, le 10 avril 1650
Note [14]

En opposant un prétendu Conseil d’en bas au Conseil d’en haut (où siégeaient la reine régente, les ministres et les princes du sang, v. note [4], lettre 205), Guy Patin voulait ici moquer l’influence officieuse et occulte des femmes de la cour et des courtisans. Aucun cardinal français n’avait plus été nommé depuis Achille d’Étampes de Valençay en 1643 (v. note [56], lettre 99), et il faut croire que le chapeau de cardinal que Patin attendait était celui du coadjuteur, Jean-François-Paul de Gondi, qui ne vint qu’en février 1652.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 avril 1650. Note 14

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0224&cln=14

(Consulté le 29.11.2022)

Licence Creative Commons