À Charles Spon, le 29 mai 1648
Note [15]

« Quand le travail devient stérile, vient l’affreuse indigence ; je m’établis en effet comme le garant d’une légitime rétribution. »

Le début est le second vers du distique 39 (livre i) des Distiques moraux de Dionysius Cato (Denys Caton, moraliste romain du iiie-ive s. après J.‑C.) :

Conserva potius, quæ sunt iam parta labore
Quum labore in damno est, crescit mortalis egestas
.

[Attachez-vous à conserver ce que vous avez acquis par le travail : quand le travail devient stérile, vient la mortelle indigence].

Caspar Hofmann s’étonnait sans doute de ne recevoir aucune rétribution pour ses œuvres que Guy Patin était en train de faire publier à Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 mai 1648. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0156&cln=15

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons