À Charles Spon, le 29 juillet 1653
Note [15]

« qui jamais n’avait eu à se réconcilier avec elle » ; Cornelius Nepos (v. note [1], lettre 815), Vies des hommes illustres (chapitre xxv, Pomponius Atticus, 17:1) :

De pietate autem Attici quid plura commemorem ? Cum hoc ipsum vere gloriantem audierim in funere matris suæ, quam extulit annorum xc, cum esset vii et lx, se numquam cum matre in gratiam redisse, numquam cum sorore fuisse in simultate, quam prope æqualem habebat.

[Pourquoi parlerais-je au long de la piété d’Atticus {a} envers ses proches ? Puisqu’à la mort de sa mère, qu’il fit ensevelir à l’âge de 90 ans, quand il en avait lui-même 77, je lui ai entendu dire, et en s’en glorifiant, qu’il n’avait jamais eu à se réconcilier avec elle, ni été en dispute avec sa sœur qui était presque du même âge que lui].


  1. V. note [1], lettre 14, pour Pomponius Atticus, ami de Cicéron.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 juillet 1653. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0322&cln=15

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons