À Charles Spon, le 17 octobre 1653, note 15.
Note [15]

Jean d’Orléans, comte de Dunois, dit le Beau Dunois et le Bâtard d’Orléans (Paris 1402-L’Hay, près de Bourg-la-reine, 1468), était le fils naturel de Louis ier, duc d’Orléans (v. infra note [16]) et de Mariette d’Enghien. Attaché en 1421 à la personne du dauphin Charles, la délivrance de Montargis (1427) marqua le début de sa renommée militaire. Il défendait Orléans, assiégée par Talbot quand Jeanne d’Arc vint délivrer la ville. Il continua l’œuvre de Jeanne et fut un des principaux artisans de l’expulsion des Anglais. Grand chambellan de France, devenu comte de Dunois (1439), il se rallia un moment à la Praguerie (révolte des nobles contre les réformes militaires de Charles vii) ; il recouvra vite son crédit et contribua activement à la reconquête de la Normandie puis de la Guyenne (1451). Dépouillé par Louis xi de ses dignités, il se jeta dans la ligue du Bien public, se réconcilia à Conflans avec le roi auprès duquel il jouit dès lors de la même faveur qu’auprès de Charles vii (G.D.E.L.).

Le Bâtard d’Orléans fonda la Maison de Valois-Longueville, dont les Longueville du temps de Guy Patin étaient les héritiers.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 octobre 1653, note 15.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0327&cln=15

(Consulté le 17/04/2024)

Licence Creative Commons