À André Falconet, le 8 juin 1660
Note [15]

Sous la plume de Guy Patin, les cromwellistes sont simplement les partisans de Cromwell. Pour l’érection du cromwellisme en système funeste, Littré DLF renvoie à Bossuet (Cinquième Avertissement aux protestants) :

« Selon M. Jurieu, {a} ce qui donna lieu dans l’Église anglicane aux maximes de la souveraine indépendance des rois, fut le parricide abominable de Charles ier, c’est-à-dire que ce fut le désir d’extirper le cromwellisme et la doctrine qui donnait au peuple le pouvoir de juger ses rois à mort, sous prétexte d’avoir attaqué la religion ou les lois ; car c’était l’erreur qu’il fallait combattre et le grand principe de Cromwell. […] Il n’est pas question de détester Cromwell et de le comparer à Catilina quand après cela, on suit toute sa doctrine. »


  1. Pierre Jurieu (Mer, Loir-et-Cher 1637-Rotterdam 1713), pasteur et théologien calviniste, contre les lettres de qui Bossuet écrivit ses Avertissements en 1689.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 8 juin 1660. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0615&cln=15

(Consulté le 23.09.2020)

Licence Creative Commons