À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 8 décembre 1662
Note [16]

« parce que je les connais jusqu’au bout des ongles : à d’autres, mais pas à moi ! » (Perse, v. note [16], lettre 7).

Guy Patin confirmait ici son probable penchant pour les jansénistes (v. note [8], lettre 917) et sa profonde aversion pour les jésuites (trop ubiquiste dans ses lettres pour devoir y être référencée).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 8 décembre 1662. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1257&cln=16

(Consulté le 23.09.2019)

Licence Creative Commons