Autres écrits : Thomas Diafoirus (1673) et sa thèse (1670)
Note [16]

Suit la liste des Domini Doctores disputaturi [Messieurs les docteurs disputants], dont le tour était venu de disputer :

  • trois anciens – Simon Boulot (natif de Bayeux, reçu régent en 1646), Jean Hamon (Kayserberg en Alsace, 1647) et Antoine Morand (Sens, 1648) ;

  • six jeunes – Jean Grout (Kayserberg, 1662), François Sorand (Bellême dans le Perche, 1663), Nicolas Bonvarlet (Rethel en Lorraine, 1663), Jacques le Ménestrel (Paris, 1663), Nicolas Rainssant (Paris, 1663), Charles Brisset (Dreux, 1663).

Certains, voire la majorité de ces médecins tenaient sûrement la circulation du sang pour un fait établi, et la discussion dut être animée, mais il n’en a résonné qu’un sourd écho.

  • Denis Puilon, docteur régent en 1660 et fils de Gilbert (v. note [30], lettre 399), avait été élu doyen le 8 novembre 1670 ; il a enregistré, sans commentaire, cette thèse parmi les quodlibétaires de l’année 1670-1671 (Comment F.M.P., tome xv, page 456).

  • Il dut néanmoins y avoir quelque grabuge car le doyen Puilon a consigné dans ses registres que, lors de leur assemblée du vendredi 19 décembre 1670 (ibid. page 466), les docteurs furent invités, entre autres débats, ut […] judicium ferent supra eruditione M. Joannis Cordel baccalaurei, qui die jovis proxime elapsa respondebat de quæstione quodlibetaria [à (…) porter un jugement sur l’érudition de M. Jean Cordelle, bachelier qui, le jeudi précédent, avait répondu sur une question quodlibétaire] ; avec cette conclusion : Facultas […] censuit monendum dictum Cordel baccalaureum, ut diligentius chartis invigilet [La Faculté (…) a décidé d’engager ledit bachelier Cordelle à s’appliquer plus diligemment à la lecture des livres]. Ces propos sibyllins incitent à penser que la Compagnie a fort pertinemment morigéné le candidat Cordelle pour les conclusions extravagantes de sa thèse, mais tout en épargnant Guy Patin, son président (alors au 8e rang sur le tableau d’ancienneté).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Thomas Diafoirus (1673) et sa thèse (1670). Note 16

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8009&cln=16

(Consulté le 08.10.2022)

Licence Creative Commons