À André Falconet, le 27 juillet 1660
Note [17]

« De l’Âme, chapitre 25, édition de Rigault, l’an 1641, page 328 [Œuvres de Tertullien enrichies des observations et notes de Nicolas Rigault (Paris, 1641, in‑fo)] : “ Et pourtant une nécessaire cruauté oblige à massacrer l’enfant, tandis qu’il est encore dans l’utérus, lorsque, présenté de travers, il empêche l’accouchement, la mère allant mourir s’il ne meurt pas. Ainsi donc dans cette circonstance tourmentée, les médecins sont forcés de recourir à leurs secrets instruments, d’abord par le moyen d’une sonde recourbée qui leur sert à briser les membres en une opération pleine d’incertitude, puis avec un crochet émoussé qui sert à extraire le fœtus entier en un enfantement cruel ; il y a même un dard d’airain pour exécuter à l’aveugle le massacre proprement ; ils qualifient d’embryosphakte [embryotomie] l’obligation d’infanticide, qui est, quoi qu’on dise, le meurtre d’un enfant vivant, etc. ” chose excellente et digne de Tertullien. » V. note [3], lettre 623, pour le passage de Tertullien que Guy Patin a précédemment cité sur le même sujet.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 juillet 1660. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0625&cln=17

(Consulté le 20.09.2019)

Licence Creative Commons