Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643)
Note [17]

Dans la formation de l’embryon, la fabrication des parties solides du corps humain (os, cartilage, ligaments) revenait alors au sperme (semence masculine) et celle des parties charnues (viscères), à l’ovule (alors inconnu, ce qui faisait considérer le sang menstruel comme une expression de la semence féminine, éliminée sous la forme des règles, quand elle n’avait pas été fécondée).

V. note [1], chapitre viii du Traité de la conservation de santé pour de plus amples détails sur la menstruation et la semence féminine dans les conceptions médicales « pré-ovulatoires » du xviie s.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643). Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8038&cln=17

(Consulté le 02.12.2020)

Licence Creative Commons