À Charles Spon, le 16 septembre 1653
Note [18]

« il y a quelques années de cela ».

André Du Saussay (Paris 1589-Toul 1675) était né de parents fort pauvres. Ayant mené de brillantes études chez les jésuites, il était entré dans les ordres et avait montré une grande capacité pour la controverse. Après avoir occupé la cure et la paroisse de Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris (rue Saint-Denis), il devint successivement protonotaire apostolique, conseiller, aumônier et prédicateur du roi. Dans ses écrits, Du Saussay se prononça pour l’érection du siège épiscopal de Paris en métropole (archevêché), ce qui le fit bien venir de Gondi, le premier archevêque. Ce prélat le nomma l’un de ses grands vicaires puis official. En 1649, le roi avait promu Du Saussay à l’évêché de Toul (soit cinq ans après la mort de Jacques Le Bret, son précédent titulaire). Les difficultés qui subsistaient entre Rome et la France retardèrent l’expédition de ses bulles ; mais le cardinal de Retz, qui avait conservé à Du Saussay le titre de grand vicaire, ayant appris qu’il désapprouvait ses intrigues politiques, le destitua des fonctions qu’il lui avait conférées. Ayant enfin reçu ses bulles du pape Alexandre vii, Du Saussay ne prit possession du siège de Toul qu’en 1655 (G.D.U. xixe s. et Gallia Christiana).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 septembre 1653. Note 18

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0325&cln=18

(Consulté le 18.02.2020)

Licence Creative Commons