À André Falconet, le 25 juin 1670, note 19.
Note [19]

« pour deux raisons, dont la première vient de la maladie, qui est une mauvaise diathèse [disposition, v. note [4], lettre latine 17] des viscères avec fièvre, et la seconde du médecin, qui n’a pas le sens de la modération ».

Le duc Henri de Bourbon, premier fils du duc d’Enghien (Henri-Jules de Bourbon-Condé, fils du Grand Condé), né le 5 novembre 1667 (v. note [4], lettre 927), allait mourir le 5 juillet 1670 ; son frère cadet, futur « Monsieur e Duc », portait le même prénom que son père (v. note [2], lettre 946).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 juin 1670, note 19.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0989&cln=19

(Consulté le 20/05/2024)

Licence Creative Commons