Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne, note 19.
Note [19]

V. note [10], lettre 950, pour l’édition complète des neuf livres de Gerardus Johannes Vossius sur l’« Idolâtrie » (Amsterdam, 1668, première édition en 1641). Le long sommaire du chapitre xi (et non x), livre iii tome i (page 387), s’y termine par :

Manna non vulgare modo, sed etiam quo Israëlitæ in deserto pascebantur rori debere originem ; nec hoc et illud manna, discrepasse natura, sed tantummodo accidentibus : eamque diversitatem fuisse ab angelis sic materiem ejus subigentibus ; unde et in Scripturis panis angelorum dicatur.

[La manne commune, mais aussi celle dont les Israélites s’étaient nourris dans le désert, tire son origine de la rosée ; ces deux mannes se distinguent non par leur nature, mais seulement par leur survenue ; cette diversité est conséquence de la manière dont les anges les ont pétries ; d’où vient qu’elle est appelée pain des anges ailleurs dans les Écritures].

Pour Vossius, la manne des Arabes (miel aérien de Galien) n’était donc pas fondamentalement distincte de la manne biblique ; toutes deux avaient une origine céleste (météorique, v. infra note [20]).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne, note 19.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=19

(Consulté le 25/02/2024)

Licence Creative Commons