À Henri Gras, le 4 juin 1649
Note [2]

Ibrahim ier (Constantinople 1615-ibid. 18 août 1648), dit le fou, fils d’Achmet ier et frère d’Amurat iv (v. note [14], lettre 45), avait été proclamé sultan en 1640. À peine ce prince, qui avait contrefait l’imbécile pour ne pas être victime de la sanguinaire fureur d’Amurat iv, fut-il tiré de prison pour prendre le trône qu’il s’abandonna à une débauche effrénée. Abruti par les excès, il avait laissé le pouvoir à sa mère, Kösem, et à ses favoris, dilapidé les finances, occasionné plusieurs révoltes par sa tyrannie. Cependant, pendant son règne de neuf ans, l’armée, obéissant encore à l’impulsion vigoureuse donnée par Amurat iv, avait engagé la guerre contre les Vénitiens et s’était emparée de La Canée et de Retimo en Crète (Candie, août 1645, v. note [15], lettre 45). Fatigués de la nullité et de l’inaction de leur sultan, mais surtout révoltés par sa cruauté, les janissaires avaient pris le parti de le déposer puis de l’étrangler, et de mettre à sa place son fils Mahomet, à peine âgé de six ans (G.D.U. xixe s. et A.V.D.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Henri Gras, le 4 juin 1649. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0178&cln=2

(Consulté le 08.08.2022)

Licence Creative Commons