À Charles Spon, le 5 février 1658
Note [2]

« C’est pourquoi j’ai pensé que ces Conseils d’Erastus devaient être ajoutés, pour qu’on ne croie pas que je les aie omis dans les œuvres d’un si grand homme. » V. note [1], lettre de Charles Spon, le 15 janvier 1658, pour sa méprise sur la main qui avait annoté une copie des Consiliorum [Consultations ou Conseils] de Jean Fernel (Paris, 1582, pour leur première édition), que Guy Patin avait jointe au colis contenant des textes d’Éraste qu’il envoyait au libraire lyonnais Christophe Fourmy.

Il est fort surprenant de voir Patin, grand admirateur de Fernel, écrire ici : « je n’ai jamais lu ce livre et n’en fais point d’état » ; car il a émis un jugement, certes mitigé, à son propos dans sa lettre 409 (v. ses notes [5][7]), et a en outre prêté grande attention à six consultations qui y ont été ajoutées, car elles sont attribuées à Simon ii Piètre ou à son père (v. note [5], lettre 732).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 février 1658. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0514&cln=2

(Consulté le 09.12.2022)

Licence Creative Commons