À Charles Spon, le 12 mars 1658, note 2.
Note [2]

De manière tout à fait inopinée, le 14 février, Oliver Cromwell avait dissous le second parlement du Protectorat, installé le 27 septembre 1656, qui était réuni pour la seconde et dernière fois depuis le 30 janvier 1658. La dispute sur la Chambre haute (v. note [17], lettre 513) s’était envenimée : républicains et radicaux religieux s’unissaient pour rédiger une pétition demandant sa suppression ; refusant un débat parlementaire sur ce sujet, qui pouvait rallumer la guerre civile, Cromwell choisit de dissoudre le Parlement. Cette même pétition réclamait qu’aucun soldat de l’armée ne pût être cassé sans être passé devant une cour martiale. Une semaine plus tard, le 21 février, le Lord Protector cassait, sans autre forme de procès, le major-général et cinq officiers de son propre régiment de cavalerie, prétextant leur hostilité inflexible au Protectorat (Plant).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 12 mars 1658, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0519&cln=2

(Consulté le 04/03/2024)

Licence Creative Commons