À André Falconet, le 18 avril 1664, note 2.
Note [2]

Bernard ii de Fortia, seigneur du Plessis-Cléreau etc., avait été reçu conseiller au parlement de Rouen en 1642, puis maître des requêtes en 1649 ; il était depuis 1659 intendant de justice d’Orléans et de Bourges. Il mourut à Paris en 1694, âgé de 70 ans, après avoir rempli de nombreuses et prestigieuses charges judiciaires (Popoff, no 1228). V. note [28] du Borboniana 4 manuscrit pour son père, Bernard i, avec des considération fort peu amènes sur les origines juives de leur famille.

Le site des édits, arrêts, ordonnances monétaires de l’autorité royale et des Cours souveraines répertorie, en date du 15 mai 1664, à Chartres, un :

« Jugement de Monsieur de Fortia, conseiller du roi en ses Conseils et commissaire député pour enquêter sur des crimes de fausse monnaie, portant condamnations de Julien Colin, {a} vice-bailli de Chartres, de Jean Grenet, procureur du roi au bailliage, maréchaussée et siège présidial de ladite ville, ainsi que leurs complices, pour crimes, vols de grands chemins et fabrication de fausse monnaie.

Jugement souverain rendu par Monsieur de Fortia, conseiller du roi en ses Conseils, commissaire député par arrêt du Conseil d’État [du 5 avril 1664], à l’encontre de Julien Colin, vice-bailli de Chartres, Jean Grenet, procureur du roi au bailliage, maréchaussée et siège présidial de ladite ville, et autres leurs complices, accusés et convaincus de crimes, de vols de grands chemins et fausse monnaie. S.l., s.d. » {b}


  1. Sieur de Maginville.

  2. Sans lieu ni date.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 avril 1664, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0777&cln=2

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons