À Johann Caspar Fausius, le 26 mai 1665
Note [2]

« ce que nous apportera l’étoile du soir » : quid Vesper serus vehat est une expression de Virgile (Géorgiques, livre i, vers 461), où Vesper désigne la planète Vénus (l’étoile du Berger qui commence à briller, à l’ouest, avant que le soleil ne soit couché). Dans son commentaire de l’adage (no 605), Nescis quid Vesper serus vehat [Tu ignores ce que te réserve l’étoile du soir], Érasme explique que le poète a écrit cela agens de pronosticis occasus [à propos des pronostics qu’on tire du soleil couchant].

V. note [4], lettre 808, pour la seconde guerre anglo-hollandaise qui avait commencé le 4 mars 1665.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar Fausius, le 26 mai 1665. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1385&cln=2

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons