À Johann Georg Volckamer, le 29 décembre 1667
Note [2]

V. note [133] des Déboires de Carolus, pour le voyage de Charles Patin à Heidelberg, première étape allemande de son périple européen. Son père préférait, et on le comprend sans peine, rester évasif sur le motif de son voyage, qui était en vérité un exil infamant, forcé par les circonstances. Le dernier paragraphe de la lettre à André Falconet datée du 13 septembre 1668 donne de plus amples détails sur son long séjour dans cette ville, puis à Francfort, et sur la bienveillance du Palatin, Karl Ludwig von Wittelsbach, à son égard.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 29 décembre 1667. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1478&cln=2

(Consulté le 28.02.2021)

Licence Creative Commons