À Charles Spon, le 30 janvier 1654, note 20.
Note [20]

Sophiste (Furetière) :

« celui qui fait des surprises {a} dans l’argumentation, qui a dessein de tromper ceux qu’il veut persuader. Ce mot, qui est maintenant odieux, était autrefois honorable et signifiait simplement, comme dit saint Augustin, un professeur d’éloquence, comme Lucien, Athénée, Libanius. Selon Suidas, {b} on le donnait indifféremment à tous ceux qui étaient excellents en quelque art ou science que ce fût. »


  1. « Surprise se dit aussi d’une tromperie, d’une chose qu’on fait contre l’ordre, ou sur la confiance d’autrui » (ibid.).

  2. V. note [47] du Grotiana 2.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 30 janvier 1654, note 20.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0337&cln=20

(Consulté le 14/06/2024)

Licence Creative Commons