À Charles Spon, le 9 octobre 1654
Note [20]

En 1611, Henriette-Catherine de Joyeuse (1585-1656), veuve d’Henri de Montpensier, avait épousé en secondes noces Charles de Lorraine, duc de Guise (1571-1640). Fils aîné d’Henri ier, le Balafré (v. note [1], lettre 463), Charles fut enfermé à Tours après le meurtre de son père ; il parvint à s’échapper en 1591 et vint à Paris augmenter les divisions du parti de la Ligue, en disputant l’influence à son oncle, le duc de Mayenne. Il fut un moment question, dans les états de Paris, de l’élire comme roi en le mariant à l’infante d’Espagne. Plus tard, il se rallia à Henri iv qui lui donna le gouvernement de Provence et qui lui dut la réduction de Marseille et la soumission du duc d’Épernon. Sous Louis xiii, le duc Charles soutint le parti de Marie de Médicis et fut obligé de s’exiler en Italie en 1631 où il mourut (G.D.U. xixe s.).

Tallemant des Réaux lui a consacré une historiette (tome i, pages 145‑151). Il eut trois enfants de son mariage avec Henriette-Catherine : Henri ii, duc de Guise ; Marie, demoiselle de Guise, et Louis, duc de Joyeuse, qui venait alors de mourir.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 octobre 1654. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0372&cln=20

(Consulté le 22.09.2019)

Licence Creative Commons