À Charles Spon, le 2 août 1652
Note [21]

« Lorsque le mauvais sort emporte les hommes de bien, etc. » ; Ovide (Les Amours, livre iii, élégie ix, vers 35) :

Cum rapiunt mala fata bonos – ignoscite fasso ! –
Sollicitor nullos esse putare deos
.

[Lorsque le mauvais sort emporte les hommes de bien – pardonnez-moi cet aveu ! – je suis enclin à penser que nul dieu n’existe].

Vite lu, l’« etc. » de Guy Patin pourrait passer pour un honteux aveu d’athéisme (v. note [38], lettre 477), mais ce serait ignorer que son trouble lui a, dit-il, « presque fait touner la tête ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 2 août 1652. Note 21

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0292&cln=21

(Consulté le 07.07.2022)

Licence Creative Commons