À André Falconet, le 11 octobre 1660
Note [21]

« C’est chose bavarde que l’amour ».

Parmi les auteurs que citait Guy Patin, ce « sage Ancien » pouvait être Albert le Grand, vingtième tome de ses Opera (Lyon, 1651, v. note [8], lettre 133), De laudibus beatæ Mariæ Virginis [Aux louanges de la sainte Vierge Marie], livre iv, chapitre xxx, page 150, haut de la première colonne :

Audire fidei est : quia Isa. 30. dicitur : In silentio et in spe erit fortitudo vestra. Quærere charitatis : quia garrula res amor est.

[Écouter appartient à la foi, car il est dit (Isa. 30) : « Dans le silence et l’espérance sera votre force. » {a} Interroger appartient à la tendresse, car l’amour est chose bavarde].


  1. Isaïe, 30:15, Testament.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 octobre 1660. Note 21

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0642&cln=21

(Consulté le 27.01.2023)

Licence Creative Commons