À Thomas Bartholin, le 29 novembre 1662
Note [22]

V. notes [2], lettre latine 127, pour le Celse de Johannes Rhodius (mort en 1659, et [14], lettre de Thomas Bartholin, datée du 18 octobre 1662, pour l’ouvrage de médecine vétérinaire de Végèce (Mulomedicina [Hippiatrie]), auxquelx Rhodius avait travaillé. Les efforts de Bartholin sur ces deux manuscrits ont été vains car l’un et l’autre sont partis en fumée.

Dans son livre sur l’incendie de sa bibliothèque (Copenhague, 1670, v. la première note citée supra), l’inconsolable Bartholin a dressé le triste inventaire des originaux que le feu a irrémédiablement détruits. Le 23e de sa liste (page 80) est :

Jo. Rhodii Notæ et Emendationes in Vegetium De Mulomedicina.

Notæ perbreves errant, sed variorum lectionum numerus infinitus. Lexicon quoque accessit modo Rhodiano concinnatum.

[Notes et corrections de Johannes Rhodius sur la Mulomedicina de Végèce.
Les notes étaient très brèves, mais avec un nombre infini de références variées. S’y ajoutait un lexique établi selon la manière de Rhodius].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 29 novembre 1662. Note 22

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1254&cln=22

(Consulté le 05.08.2021)

Licence Creative Commons