À Charles Spon, le 5 mars 1652
Note [23]

En décembre 1649, Condé avait machiné le mariage clandestin du duc de Richelieu, neveu de la duchesse d’Aiguillon, avec Anne de Pons (v. note [25], lettre 223). Mazarin et les siens ne portaient pas la duchesse dans leur cœur (Journal de la Fronde, volume ii, fo 34 ro, Paris, 1er mars 1652) :

« Le marquis de Richelieu {a} étant venu ici il y a 20 jours, avait disposé Mme d’Aiguillon, sa tante, de lui bailler de l’argent pour acheter la charge de premier écuyer du roi ; mais le cardinal Mazarin, qui la veut avoir pour son neveu, a fait refuser à M. de Beringhen {b} la permission d’en traiter ; et pendant le voyage de ce marquis, le petit Mancini {c} a pris son temps pour faire diminuer la faveur qu’il a auprès du roi. »


  1. Frère puîné du duc.

  2. Henri de Beringhen, premier écuyer en titre depuis 1645.

  3. Paul.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 mars 1652. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0282&cln=23

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons