À André Falconet, le 9 avril 1660
Note [23]

Francis Bacon (Historia vitæ et mortis [Histoire de la vie et de la mort] (v. note [50] de la Leçon de Guy Patin sur le laudanum et l’opium), page 146, § 45 :

Varietas enim Medicamentorum, ignorantiæ Filia est ; neque Multa Fercula (quod ajunt) tam multos morbos fecere, quam multa Medicamenta paucas Curas.

[La diversité des médicaments est en effet la fille de l’ignorance ; {a} et la multiplicité des mets (comme on les appelle) ne peut produire tant de maladies, quand la multiplicité des remèdes produit si peu de guérisons].


  1. V. note [5], lettre 90, pour un recensement des citations de cette sentence par Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 9 avril 1660. Note 23

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0601&cln=23

(Consulté le 15.08.2022)

Licence Creative Commons