À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651
Note [23]

Le haut de la page 482 correspond à la fin de la définition de Moutons à la grande laine, que voici en entier :

« Espèce de monnaie de France. Rabelais au Prologue du Quart Livre. En Chinon il change sa coingnée d’argent en beaux testons et autre monnaie blanche, sa coingnée d’or en beaux saluts, beaux moutons à la grande laine, belles riddes, <beaux royaux,> beaux écus au Soleil. {a} À cause qu’elle avait d’un côté saint Jean-Baptiste, et de l’autre un mouton avec toute sa toison, dans la gueule duquel était une banderole avec ces mots, Ecce Agnus Dei. {b} On en voit encore dans les cabinets des curieux. »


  1. Histoire de Couillatris, « abatteur et fendeur de bois » qui, ayant perdu sa cognée, implora si bien les cieux que Jupiter ordonna qu’on lui rendît celle qu’il avait perdue et qu’on lui en donnât aussi deux autres, l’une en or, l’autre en argent.
    « Le teston, frappé à l’effigie des rois de France, était la principale monnaie d’argent. Les saluts portaient sur une de leurs faces la salutation angélique, les moutons à grande laine un Agnus Dei, les riddes (monnaie hollandaise) un chevalier en armes (ridder), les royaux l’effigie du souverain, les écus au Soleil l’écu de France avec les fleurs de lys, surmonté d’une couronne et d’un petit soleil » (note de Mireille Huchon).

  2. « Voici l’Agneau de Dieu ».


Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1019&cln=23

(Consulté le 21.09.2019)

Licence Creative Commons