À Charles Spon, le 6 mai 1650, note 26.
Note [26]

Basané (Furetière) :

« qui a le teint olivâtre et tirant sur le noir. Les Espagnols sont basanés. Un voyageur revient ordinairement tout basané, tout hâlé du soleil. Les paysans sont ordinairement hâlés et basanés. Ce mot vient du grec basanos, qui signifie proprement Lapis Lydius ou Herculeus, la pierre de touche, {a} qui est noire, ou d’une couleur noirâtre, dont la basane peut aussi avoir pris son nom, parce que les premières basanes étaient des cuirs qu’on préparait avec peu de soin et qu’on teignait d’un mauvais noir. »


  1. V. note [18], lettre 504.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 mai 1650, note 26.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0227&cln=26

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons