À Hugues de Salins, le 30 avril 1655
Note [26]

Pour un pape, aller en cavalcade, c’est aller en procession prendre possession de l’église Saint-Jean-de-Latran, siège de l’évêché de Rome dont il est le titulaire. L’Histoire des cérémonies du siège vacant… (v. note [9], lettre 399) décrit tout le faste de la cavalcade (pages 41‑43) avec, à la fin, ce qui touchait à la personne même du pontife :

« Le gouverneur de Rome marche ensuite ; et puis les pages du pape, quand il en a, suivent à pied et tête nue. Immédiatement après, le pape est conduit dans la litière couverte, ayant à ses côtés les deux maîtres des chemins, ou grands voyers, vêtus de noir, à cheval et tête nue ; comme tous ceux qui se rencontrent entre la croix du pape et Sa Sainteté, de quelque condition qu’ils soient, sont obligés de l’avoir et de se tenir découverts. Après Sa Sainteté, marchent tous les cardinaux sur leurs mules, les patriarches, archevêques, évêques et autres prélats, deux à deux, chacun selon son rang ; et tout ce convoi est fermé par les deux compagnies de chevau-légers de la garde de Sa Sainteté, armés de toutes pièces. Arrivant à Saint-Jean-de-Latran, le pape quitte son habillement ordinaire pour prendre la mitre et la chape, et se va asseoir en un trône qui lui est préparé dans le vestibule de l’église, où les chanoines d’icelle lui viennent baiser les pieds ; puis il va à la porte de l’église qu’il trouve fermée, on lui donne les clefs pour l’ouvrir, on y chante le Te Deum, après lequel le pape monte en la loge de bénédiction, d’où il la donne à tout le peuple qui est dans la place, avec indulgence plénière. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 30 avril 1655. Note 26

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0401&cln=26

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons