À Charles Spon, le 9 avril 1655
Note [28]

« le versificateur au nez court » ; parum nasutus est ici à prendre au sens propre (être pourvu d’un nez court, camus) et au sens figuré (avoir peu de flair).

V. notes [12], lettre 190, pour le surnom de petit camus que Guy Patin donnait à Jacques Thévart, et [11], lettre 342, pour le libelle de François Blondel intitulé In Iacobi Thevart, medici exorthodoxi et parum nasuti versificatoris, Παραινεσιν carmen [Poème contre le Conseil de Jacques Thévart, médecin ci-devant orthodoxe et versificateur au nez court], signé Philalethes F. Blondel, Alethophanis Tribulis canebat 3 non. april. 1655 [F. Blondel le philalèthe (ami de la vérité) chantait sur les chausse-trapes d’Aléthophane (Flambeau de la vérité) le 27 avril 1655].

Vers la même époque, Thévart a publié trois courtes pièces en vers latin intitulées :

  • In Opera tenebrarum obscuri authoris Alethophanis [Sur les Œuvres des ténèbres de l’obscur auteur Alethophanes], signé I. Thevart D.M.P. et R.M. Orthodoxus ;

  • Ad Alethophanem Epigramma [Épigramme à Aléthophanes], même signature ;

  • Ad authorem anonymum carminis de Stibii veneno, Adhortatio [Exhortation à l’auteur anonyme du poème du Venin d’antimoine], signé I. Thevart Doctor Medicus Parisiensis et R.M. Philalethes.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 avril 1655. Note 28

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0398&cln=28

(Consulté le 28.01.2021)

Licence Creative Commons