À Claude II Belin, le 28 juillet 1642
Note [3]

Phtisie (dérivé du grec phthisis, dépérissement) : « maladie du poumon qui donne une fièvre lente, qui consume le corps, l’exténue et l’amaigrit. Elle fait d’abord cracher le sang en toussant et dans la suite, du pus qui va au fond de l’eau [la densité d’un crachat s’évaluait en regardant s’il flottait ou sombrait dans un verre d’eau]. Quelquefois elle fait cracher une partie du poumon pourri après une longue exulcération et enfin, l’on devient en chartre. Les Latins l’appellent tabes [v. note [9], lettre 93] » (Furetière).

Synonyme de consomption et de cachexie, phtisie est l’ancien nom de la tuberculose, maladie extrêmement fréquente au xviie s. Les pneumologues, spécialistes des maladies des poumons, ont commencé à perdre leur second nom de phtisiologues au milieu du xxe s., avec la raréfaction de la tuberculose en France.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 28 juillet 1642. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0066&cln=3

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons