À Charles Spon, le 20 décembre 1652
Note [3]

La fin de la phrase, malhabilement construite, concerne l’évêque d’Amiens, François Le Fèvre de Caumartin, mort le 27 novembre (v. note [8], lettre 298), et non son père, le garde des sceaux Louis de Caumartin (v. note [8], lettre 197).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 décembre 1652. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0299&cln=3

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons