À Charles Spon, le 10 avril 1654, note 3.
Note [3]

« Advienne que pourra. »

Guy Patin ne cachait pas ici sa joie de voir son fils préféré, Charles, qu’il surnommait Carolus ou Charlot (baptisé le 23 février 1633), entrer dans la carrière médicale après avoir brillamment débuté au barreau (v. notes [15] et [16] de son Autobiographie).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 avril 1654, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0345&cln=3

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons