À André Falconet, le 15 juillet 1661, note 3.
Note [3]

« d’un petit bien venu de mes grands-parents ».

Le 12 octobre 1667, Guy Patin allait vendre « au sieur Jacques Billet, premier commis de M. de La Planche, trésorier général des bâtiments du roi jardins, arts et manufactures de France, demeurant à Saint-Germain-des-Prés, rue de la Chaise, paroisse Saint-Sulpice » pour la somme 2 400 livres les biens fonciers qui lui restaient de ses parents : ferme des Préaux et terres attenantes (v. note [9], lettre 106), près d’Hodenc-en-Bray (an mc liasse et/cii/65 ; v. note [10] de Comment le mariage et la mort de Robert Patin ont causé la ruine de Guy).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 15 juillet 1661, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0708&cln=3

(Consulté le 21/09/2023)

Licence Creative Commons