À André Falconet, le 31 mai 1667, note 3.
Note [3]

Le Nouveau Testament de Notre Seigneur Jésus-Christ, traduit en français {a} selon l’édition Vulgate, {b} avec les différences du grec. {c}


  1. Par Louis-Isaac Le Maistre de Sacy (v. note [5], lettre 867), alors emprisonné à la Bastille depuis le 26 mai 1666, qui n’en fut libéré que le 31 octobre 1668.

  2. Traduction du grec en latine établie par saint Jérôme au début du ive s., v. note [6], lettre 183.

  3. Mons, Gaspard Migeot (imprimé à Amsterdam, Elsevier), 1667, in‑8o, avec permission de l’archevêque de Cambrai, approbations de l’évêque de Namur et de l’Université de Louvain, et privilège du roi Charles ii d’Espagne : volume 1 (quatre Évangiles et Actes des apôtres, 538 pages) ; volume 2 (Épîtres de saint Paul, Épîtres canoniques, Apocalypse, 462 pages).

Cette publication fut sanctionnée par un Arrêt du Conseil d’État contre la traduction du Nouveau Testament imprimé à Mons. Du 22 novembre 1667 (Paris, Imprimerie et librairie du roi, 1667) qui fut précédé et suivi d’une floraison de libelles :

  • v. note [6], lettre 926 pour les deux attaques du R.P.  Louis Maimbourg ;

  • de Pierre Nicole et Antoine ii Arnauld, Défense de la traduction du Nouveau Testament imprimé à Mons, contre les sermons du P. Maimbourg, jésuite (sans lieu ni nom, 1667, in‑4o) ;

  • Ordonnance de Mgr l’illustrissime et révérendissime Hardouin de Péréfixe, archevêque de Paris, portant défense de lire, vendre et débiter une traduction du Nouveau Testament, imprimée à Mons (Paris, Muguet, 1667, in‑4o) ;

  • d’Antoine ii Arnauld, Abus et nullités de l’ordonnance subreptice de Mgr l’archevêque de Paris, par laquelle il a défendu de lire et de débiter la traduction du Nouveau Testament imprimé à Mons (Paris, sans nom, 1667, in‑4o) ;

  • Arrêt du Conseil souverain de Malines, portant défenses de recevoir la bulle du pape contre la traduction du Nouveau Testament imprimé à Mons en l’année 1667 (sans lieu ni date, in‑fo) ; etc.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 31 mai 1667, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0915&cln=3

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons