À Charles Spon, le 18 juin 1649
Note [6]

« Matthieu cap. 26:50 » renvoie au récit de l’arrestation de Jésus au Jardin des oliviers dans l’Évangile de Matthieu :

« Mais Jésus {a} lui dit : “ Ami fais ta besogne. ” Alors, s’avançant, ils {b} mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent. »


  1. S’adressant à Judas (v. note [2] de l’Introduction au Borboniana manuscrit).

  2. Les émissaires des grands prêtres.

Pour le grec donné par Guy Patin, les exégètes ont divergé entre l’interrogation (pourquoi es-tu ici ?), le reproche (que fais-tu là !), et la résignation (fais ce pourquoi tu es ici). Guy Patin a opté pour la forme interrogative, en contestant le mot latin amice [« ami », amicus au vocatif, ou « amicalement », sous forme adverbiale].

La Vulgate (du latin vulgata, rendue accessible à tous) est la version canonique (catholique romaine, refusée par les protestants) de la Bible, fondée sur la traduction, du grec et de l’hébreu en latin, que saint Jérôme (v. note [16], lettre 16) a écrite au ive s. Elle a choisi amice pour εταιρε : dixitque illi Iesus amice ad quod venisti. V. note [36] du Grotiana 1, pour les nazaréens et leur version hébraïque de l’Évangile de Matthieu à laquelle Jérôme aurait eu accès pour établir son texte latin ; mais elle est aujourd’hui perdue, et les exégètes bibliques ne disposent plus que de versions grecques de cet évangile.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 juin 1649. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0183&cln=6

(Consulté le 19.10.2021)

Licence Creative Commons