À Christiaen Utenbogard, le 24 octobre 1668, note 3.
Note [3]

« C. » est Charles Patin, dont son père ne voulait pas écrire entièrement le nom, de peur que sa lettre ne tombât entre les mains de la police, lancée sur les traces du fuyard.

V. les lettres à André Falconet du 13 septembre 1668, du 26 avril 1669, etc. pour d’autres mentions de la pérégrination de Charles en Allemagne et dans les pays voisins (détaillée dans son Autobiographie, v. ses notes [32][50]). Près de 500 kilomètres séparent Utrecht de Francfort et Heidelberg.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 24 octobre 1668, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1032&cln=3

(Consulté le 22/04/2024)

Licence Creative Commons