À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 31.
Note [31]

L’objet céleste que Tycho Brahe a observé au début des années 1570 n’était pas une comète, mais la nouvelle étoile qui fit son renom :

De nova et nullius ævi memoria prius visa stella, iam pridem anno a nato Christo 1572, mense Novembri primum conspecta, Contemplatio mathematica. Cui, præter exactam eclipsis lunatis, huius anni, pragmatian, et elegantem in Uraniam elegiam, epistola quoque dedicatoria accessit : in qua, nova et erudita conscribendi diaria metheorologica methodus, utriusque astrologiæ studiosis, eodem autore, proponitur : Cuius, ad hunc labentem annum, exemplar, singulari industria elaboratum conscripsit, quod tamen, multiplicium schematum exprimendorum, quo totum ferme constat, difficultate, edi, hac vice, temporis angustia non patiebatur.

[Contemplation mathématique sur une étoile nouvelle et qui n’a jamais été vue auparavant, observée pour la première fois il y a quelque temps, au mois de novembre 1572. Outre une exacte description de l’éclipse lunaire de cette année (décembre 1573) et une élégante élégie à Uranie (v. notule {b}, note [6] du Borboniana 7 manuscrit), on y a ajouté une épître dédicatoire, où le même auteur présente une nouvelle et savante méthode pour rédiger les journaux météorologiques, à l’intention de ceux qui étudient les deux astrologies (judiciaire et astronomique). Par une singulière industrie, il est parvenu à achever ce traité avant la fin de cette année, sans avoir pâti de la difficulté à dessiner les nombreux schémas, partout bien évidente et aggravée par le peu de temps dont on disposait pour publier]. {a}


  1. Copenhague, Laurentius Benedictus, 1573, in‑4o.

Le 11 novembre 1572, Tycho Brahe avait observé cette nouvelle étoile brillant dans la constellation de Cassiopée ; ses calculs montrèrent qu’il s’agissait bien d’une étoile éloignée et non pas de quelque phénomène local ; cela intrigua fort puisqu’on considérait à l’époque que la sphère étoilée étant de nature divine et parfaite, nul changement ne pouvait y survenir ; Tycho Brahe suivit l’éclat de son étoile jusqu’à son extinction en mars 1574. On sait aujourd’hui que sa stella nova était une étoile mourante dont la matière se dispersait dans l’espace en une violente explosion provoquée par l’effondrement de son cœur ; les nuages gazeux luminescents qui en résultent peuvent encore être observés de nos jours ; cette supernova porte aujourd’hui le nom de Tycho Brahe.

Un chapitre de son traité est intitulé Astrologicum iudicium de effectibus huius nuper natæ stellæ [Jugement astrologique sur les effets de cette étoile récemment née]. Je n’y ai pas trouvé la prédiction sur le roi de Suède dont Patin s’émerveillait, mais y apparaît nettement l’intimité des liens qui existaient encore alors entre astronomie et astrologie.

Dans le tome 1er (page 7) de ses Mémoires concernant Christine reine de Suède… (Amsterdam et Leipzig, Pierre Mortier, 1751), l’historien allemand Johann Wilhelm von Archenholz (1741-1812) a commenté ce passage des lettres :

« Mais Patin se trompe doublement en rapportant la prédiction de Tycho Brahe de la manière qu’il le fait. Car non seulement ce grand astronome ne s’exprima {a} qu’en termes généraux sur ce que signifiait cette nouvelle étoile et en faisant ses pronostics sur Gustave-Adolphe, {b} qui venait de naître < sic >, il lui prédit seulement une couronne ; ce qui fut pourtant regardé alors comme une chose bien extraordinaire, parce que son père, qui régna depuis {c} sous le nom de Charles ix, n’était en ce temps-là que prince héréditaire de Sudermanie. {d} Il avait lui-même peu d’espérance de devenir jamais roi, à cause de ses trois frères aînés. Le roi Jean iiie du nom, {e} le second de ces trois frères, avait pour fils Sigismond, alors roi de Pologne, {f} qui avait aussi des enfants plus près de la couronne que Charles ix et son fils Gustave-Adolphe. L’autre bévue de Patin consiste à ce qu’il avance que Tycho Brahe avait dit que ce prince naîtrait en Finlande, quoique Gustave soit né à Stockholm le 9 décembre 1594 et ait été couronné à Upsal le 12 octobre 1617. »


  1. En 1573.

  2. Né en 1594, Gustave-Adolphe fut roi de Suède de 1611 à 1632 (v. note [23], lettre 209).

  3. De 1599 à 1611.

  4. Södermanland, province côtière de Suède au sud de Stockholm.

  5. Qui régna sur la Suède de 1568 à 1592.

  6. Sigismond iii Vasa, roi de Pologne (1587-1637) et de Suède (1592-1599).

Dans son piètre français, Archenholz se trompait lui aussi en disant que Gustave-Adolphe venait de (pour allait) naître au moment où Tycho Brahe avait publié sa Nova Stella (1573). À l’appui de ses dires, l’historien allemand cite en note (b) (même page), un passage qui ne se trouve pas dans ce petit livre :

« Tycho Brahe dit entre autres choses, vers la fin de son traité : {a}

In præcipuo vigore stellæ decreta futura et principaliter se offensura satis probabiliter coniectari licet, post videlicet completum a nato Christo annum 1632. aut circiter, quando et iam Trigoni ignei, cuius hæc stella antesignatrix exstitit, vigor et effectus elucescet. » {a}


  1. Ce propos de Brahe (mort à Prague en 1601) ne se lit pas dans son traité de 1573, mais dans la Conclusio (page 805) de sa réédition de 1602 (Typis Inchoata Urniburgi Daniæ, Absoluta Fragae Bohemiae [Impression commencée à Uraniborg au Danemark, achevée à Prague en Bohême]) : les prédictions sont assurément plus exactes quand elles son rétrospectives !

  2. « Il est permis de conjecturer des présages dans la vigueur particulière de l’étoile, {i} et principalement qu’elle va assez probablement s’éteindre, sans doute après la fin de l’an 1632, ou environ, au moment où poindront la vigueur et l’accomplissement du Triangle étincelant, duquel naquit cette étoile prémonitoire. »

    1. Assimilée au prince qui devait naître dans le Nord.

    Ce charabia de Tycho Brahe égale amplement en obscurité celui de Nostradamus.


Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 31.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0211&cln=31

(Consulté le 21/07/2024)

Licence Creative Commons