À Charles Spon, le 6 novembre 1657
Note [32]

Les corps des chirurgiens de Saint-Côme et des barbiers chirurgiens voulaient s’unir contre la volonté de la Faculté de médecine (v. note [20], lettre 487), mais venaient lui demander une trêve. Dans les Comment. F.M.P. (tome xiv, fo 332), le doyen a brièvement consigné l’événement que Guy Patin relatait ici. Le député des chirurgiens était Jean Ménard (v. note [12], lettre 782), adjoint du premier chirurgien et barbier du roi.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 novembre 1657. Note 32

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0500&cln=32

(Consulté le 04.12.2020)

Licence Creative Commons