Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 8 manuscrit
Note [32]

« le cinquième est semblable au premier » (mais sans doute moins bien recommandé).

Les trois docteurs de Sorbonne reçus en 1604, avec Philippe Cospéan et Paul Boudot (v. supra note [4]), ont aussi brillé dans l’Église de leur siècle.

  • François Gauthier (Gaultier) fut principal du Collège Sainte-Barbe. Situé sur la Montagne Sainte-Geneviève (actuelle rue Valette dans le ve arrondissement), fondé au xve s., ce collège a été le dernier à fermer ses portes, en 1999, pour devenir la Bibliothèque universitaire Sainte-Barbe. Accueillant des écoliers des deux religions, il avait dû fermer en 1589, mais avait repris ses activités en 1607. En 1625, Gauthier a fait partie du comité de la Sorbonne qui a censuré, pour impiétés et injures, un libelle jésuitique anonyme opposé à la politique du roi de France, intitulé Admonition de C.G.R. théologien, au très-chrétien roi de France et de Navarre Louis xiii.

  • Eustache Asseline (Paris 1575-ibid. 1640), père feuillant sous le nom de Dom Eustache de Saint-Paul (Eustachius a Sancto Paulo), a participé à la réforme des ordres religieux français et laissé plusieurs ouvrages, dont deux épaisses sommes :

  • Georges Froger, curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet (v. note [29] des Affaires de l’Université en 1651‑1652, dans les Commentaires de Guy Patin sur son décanat), avait associé à sa paroisse le séminaire fondé en 1620 par Adrien Bourdoise (v. note [3] de la biographie de Jean de Nully).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 8 manuscrit. Note 32

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8209&cln=32

(Consulté le 15.08.2022)

Licence Creative Commons