À Charles Spon, le 4 février 1650
Note [35]

Orthopnée : gêne respiratoire (asthme ou dyspnée) caractérisée par l’impossibilité de respirer en position allongée, ce qui force le malade à se tenir assis dans le lit (v. note [43], lettre 150) ; c’est un signe fidèle d’insuffisance cardiaque (œdème pulmonaire, dont la saignée a fort longtemps été le traitement le plus efficace). On emploie à présent le qualificatif orthopnéique, de préférence à orthopnoïque.

À l’asthme qui confinait à l’orthopnée, s’ajoutaient chez le malheureux Pierre de Janson, une lithiase urinaire et une démence sénile.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 février 1650. Note 35

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0216&cln=35

(Consulté le 21.06.2021)

Licence Creative Commons