À Charles Spon, le 16 novembre 1655
Note [35]

« symptômes qui, croit-on, le feront passer sur le registre de la déesse Libitine [v. supra note [23]] » ; l’expression est imitée de Suétone (Vie de Néron, chapitre xxxix) : Pestilentia unius autumni, quo triginta funerum milia in rationem Libitinæ venerunt [En un seul automne, la peste inscrivit trente mille convois funèbres sur les registres de la Libitine].

V. notes [13], lettre 398, pour la mort du cardinal Francesco Adriano Ceva, et [17], lettre 420, pour celle du prince Thomas.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1655. Note 35

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0426&cln=35

(Consulté le 28.02.2021)

Licence Creative Commons