À Charles Spon, le 13 juin 1644
Note [38]

L’abbé Hardouin de Beaumont de Péréfixe (Beaumont près de Châtellerault 1605-Paris 1er janvier 1671) appartenait à une famille d’origine napolitaine établie dans le Midi de la France. Il était fils de Jean de Beaumont de La Papinière, maître d’hôtel de Richelieu et ami d’enfance de l’abbé de Saint-Cyran. Péréfixe avait entamé à Poitiers ses études classiques, qu’il termina à Paris. Il était ensuite entré dans les ordres et fut reçu docteur en Sorbonne (1639 ou 1640). Considérant son savoir et son talent de prédicateur, Mazarin le choisissait en 1644 pour précepteur du dauphin. Nommé en 1649 évêque de Rodez, il devint confesseur de Louis xiv, son ancien élève. En 1654, l’Académie française le reçut en remplacement de Balzac. En 1662, Péréfixe fut nommé archevêque de Paris (confirmé par Rome en 1664) et proviseur de Sorbonne (G.D.U. xixe s. et Dictionnaire de Port-Royal, pages 801‑802). Prélat très proche du roi, Péréfixe mit une ardeur acharnée à combattre le jansénisme. Son plus grand éclat fut l’expulsion des religieuses de Port-Royal en 1664 (v. note [2], lettre 928).

Saint-Simon (Mémoires, tome i, page 520) :

« M. de Péréfixe était proviseur de Sorbonne et en était d’autant plus le maître qu’il s’était plus que prêté à toutes les volontés de la cour contre M. Arnauld et ses amis, {a} et qu’il avait fait main basse sur la Sorbonne et répandu grand nombre de lettres de cachet. » {b}


  1. Antoine Arnauld et les jansénistes.

  2. On lit dans le Recueil de choses diverses (manuscrit attribué à Jean Deslyons datant de 1670-1671) cet autre jugement anonyme à l’emporte-pièce : « M. de Péréfixe n’était qu’une machine mouvante : il n’agissait que par les autres. » (in Dictionnaire de Port-Royal).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 13 juin 1644. Note 38

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0106&cln=38

(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons