Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑4 (1701)
Note [39]

Marcellus Palingenius, Zodiacus vitæ… [Le Zodiaque de la vie…] (Amsterdam, 1628, v. note [24], lettre 925), au signe du Verseau (Aquarius, page 282, lignes 10‑17), avec mise en exergue du vers cité par le Patiniana :

Quare non tutum est facile omnia credere cuivis,
ille licet magni sit nominis, innumerasque
scribendo implerit nigra loligine chartas.
Magni sæpe viri mendacia magna loquuntur,
et nemo est adeo prudens, quin sæpius erret.
Est igitur ratio in primis quærenda fidesque
maior in ambiguis rationi est semper habenda,
quam dictis hominum : namque hæc sunt falsa frequenter
.

[Voilà pourquoi il n’est pas prudent de croire tout ce que dit quelqu’un, même s’il porte un nom illustre et si son encre a noirci d’innombrables feuilles. Les grands hommes disent souvent de grands mensonges, et nul n’est assez sage pour ne se pas tromper souvent. La raison et la confiance sont donc avant tout à chercher dans l’incertain plutôt que dans les paroles des hommes, car elles sont souvent fausses].

Cet article du Patiniana imprimé ne figure pas dans le manuscrit de Vienne.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑4 (1701). Note 39

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8199&cln=39

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons