À Charles Spon, le 10 novembre 1651
Note [4]

Dubuisson-Aubenay (Journal des guerres civiles, tome ii, page 127, 29 octobre 1651) :

« Bruit que l’évêque de Rodez, {a} précepteur du roi, a eu congé de s’en aller de la cour pour avoir dit au roi que le bruit étant à Paris que le cardinal Mazarin était revenu à Dinant, seize lieues de Sedan, se rapprochant par ce moyen de la France, tellement que cela donnait sujet à beaucoup de gens de croire et même de publier qu’il venait à Sedan, cela nuisait extrêmement aux affaires de Sa Majesté et donnait avantage à M. le Prince. On veut croire que ce discours fait au roi par M. de Rodez a été concerté par lui avec les maréchal de Villeroy et marquis de Châteauneuf. Le roi ne veut pas que son précepteur, évêque de Rodez, le quitte et lui a dit qu’il voulait étudier avec lui plus que jamais. »


  1. Hardouin de Beaumont de Péréfixe, v. note [38], lettre 106.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 novembre 1651. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0272&cln=4

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons