À Charles Spon, le 5 décembre 1651
Note [4]

Au début de sa phrase, Guy Patin a corrigé « J’ai bien peur » en « Je voudrais bien ». L’austrin (ou auster) était le vent du Midi (v. note [81], lettre 150). L’adjectif austrin est ici à comprendre comme austral, « méridional, qui est du côté du Midi, du côté que souffle le vent que les Latins appellent auster » (Furetière). V. note [20], lettre 274, pour le vent de bise qui vient du nord. Étant donné son domicile, proche de l’actuel Châtelet, on conçoit la préoccupation de Patin face à la crue de la Seine, augmentée par le temps doux qui favorisait le dégel ; mais il a dit dans sa lettre du 22 décembre 1651 à Charles Spon (lettre 277) qu’il n’en redoutait pas grand mal.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 décembre 1651. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0275&cln=4

(Consulté le 13.04.2021)

Licence Creative Commons