À Claude II Belin, le 7 septembre 1654
Note [4]

Dépression est à prendre ici dans son sens classique d’abaissement, humiliation.

V. notes [11], lettre 333, et [55], lettre 348, pour la Légende de l’antimoine (1653). Guy Patin tenait Jean Merlet pour son auteur.

On va trouver ici, Patin au début, un petit peu plus prudent qu’avec Charles Spon dans l’expression de ses opinions, mais sans pourtant les trahir : il n’oubliait pas que son correspondant, Claude ii Belin, était docteur de l’Université de Montpellier et ouvert à ses idées progressistes, notamment dans le domaine de la chimie pharmaceutique.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 septembre 1654. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0368&cln=4

(Consulté le 31.10.2020)

Licence Creative Commons