À Hugues II de Salins, le 7 septembre 1660, note 4.
Note [4]

« Nul n’a mieux écrit sur la fièvre pourpre {a} qu’un certain médecin de Rostock, nommé Neucrantz. {b} Dans cette affection, si la pléthore ne menace pas, il faut pourtant saigner avec modération ; et après l’aube du septième jour, il faut purger résolument ; car en effet, on ne vient pas à bout d’une telle maladie sans purgation répétée. »


  1. V. note [56], lettre 229.

  2. Paul Neucrantz (Leyde, 1650), v. note [22], lettre 301.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 7 septembre 1660, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0634&cln=4

(Consulté le 27/02/2024)

Licence Creative Commons