À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 9 février 1657
Note [4]

V. note [2], lettre latine 43, pour l’élogieuse citation de Guy Patin que Johannes Antonides Vander Linden avait faite dans ses « Morceaux médicaux choisis » (Leyde, 1656, v. note [29], lettre 338).

Vander Linden y avait aussi mentionné Plempius dans trois notes de son xiiie commentaire, qui porte sur Œniades Famelicosus [L’homme famélique d’Œniade, dont Hippocrate relate l’observation dans le livre v des Épidémies]). La plus notable est la note no 498 (page 596), concernant les Animadversiones in veram praxin curandæ tertianæ, à Barba propositam [Remarques sur la véritable pratique à suivre que Barba a proposée pour soigner la fièvre tierce] de Plempius (Louvain, 1642) et sur la querelle qui s’alluma entre lui et Pedro Barba (premier médecin de Philippe iv, roi d’Espagne) après la mort du cardinal-infant (Ferdinand d’Autriche, en 1641, v. note [13], lettre 23) :

Unde certissimum est (quod idem Barba scribit in eadem Praxi § Refellitur) corpus reddi minus exinanitum per sæpius repetitas sanguinis evacuationes, etsi illarum quælibet in moderata fuerit quantitate. Hoccine vero scire Medicum et nihilominus audere contrarium facere ! Plempius refert fecisse illum in Ferdinando Hispaniarum Infante, Belgii subjugati Gubernatore, principe desideratissimo suis. Huic quippe ex Tertiana intermittente, febrium pene securissima laboranti, citra necessitatem, contra artem, tantum sanguinis detraxit è corpore, ut fuerit tandem vacivus virium extinctus. Corpore dissecto vix aliquot cochlearia sanguinis fuere reperta in vasis.

[Il est donc très certain (ce que le même Barba écrit dans la même Praxis {a} au paragraphe qui commence par Refellitur) que les saignées très souvent répétées vident moins le corps si on s’attache par tous les moyens à en modérer le volume. Voilà ce que sait tout médecin, mais en osant pourtant faire le contraire ! Plempius rapporte que lui {b} l’a fait sur la personne de l’infant Ferdinand d’Espagne, gouverneur de la Flandre occupée, prince très regretté par les siens : comme il souffrait d’une tierce intermittente, qui est presque la moins dangereuse des fièvres, il l’a tant saigné, sans nécessité et contre les règles de l’art, qu’il s’est finalement éteint, vidé de ses forces ; à l’ouverture du cadavre, c’est à peine si on a trouvé quelques cuillerées de sang dans les vaisseaux].


  1. « Pratique ».

  2. Pedro Barba.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 9 février 1657. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1107&cln=4

(Consulté le 23.09.2020)

Licence Creative Commons