À Johannes Antonides Vander Linden, le 22 novembre 1658
Note [4]

« mais qui s’était engagé dans un combat par trop inégal avec Achille » : Infelix puer atque impar congressus Achilli [Malheureux enfant engagé dans un combat inégal avec Achille] (Virgile, Énéide, chant i, vers 475).

Émeric Crucé (Emericus Cruceus ou Émeric de la Croix, vers 1590-1648), moine qui régentait dans un collège de Paris, a dû son renom à un traité politique intitulé Le Nouveau Cynée ou Discours d’État représentant les occasions et moyens d’établir une paix générale et la liberté de commerce pour tout le monde. Aux monarques et princes souverains de ce temps. Em. Cr. Par. (Paris, Jacques Villery, 1623, in‑8o).

Quant à la querelle évoquée par Guy Patin :

  • À la Iohannis Frederici Gronovii in P. Papinii Statii Silvarum libros v Diatribe [Diatribe (Dissertation critique) de Johann Friedrich Gronovius sur les cinq livres des Silves de Publius Papinius Statius (Stace, v. note [3], lettre 1012)] (La Haye, Theodorus Maire, 1637, in‑4o),

  • Crucé avait opposé la P. Papinii Statii Silvarum frondatio, sive Antidiatribe [Effeuillaison ou Antidiatribe des Silves de Stace] ;

  • Gronovius lui avait vertement répondu par son Elenchus Antidiatribes Mercurii Frondatoris ad P. Papinij Statij Silvas. Accessit Epistola Claudii Salmasii ad Auctorem [Appendice de l’Antidiatribe du Mercure effeuilleur sur les Silves de Stace. Avec une lettre de Claude i Saumaise à l’auteur] (Paris, Guillaume Pelé, 1640, in‑8o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 22 novembre 1658. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1144&cln=4

(Consulté le 29.09.2021)

Licence Creative Commons