Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne, note 4.
Note [4]

Dans la traduction latine de l’Historia plantarum [Histoire des plantes] de Théophraste d’Érèse (Amsterdam, 1644, v. note [7], lettre 115), ce « miel recueilli sur les feuilles des arbres » est une interprétation discutable du phénomène évoqué, à propos du chêne, sans faire mention de la manne (livre iii, début du chapitre ix, page 146) :

Sed et viscum taceo : quippe cum in aliis quoque proveniat, sed nihilominus (ut dictum est) ferax hæc arbos habetur plurimarum. Sin aute, autore Hesiodo, mella, apesque ferat, magis quoque illud confirmatur. Ergo nascitur et hic melleus humor cœlo cadens, nec aliis magis insidens frondibus.

[Je ne dirai rien non plus du gui car il vient aussi sur d’autres arbres ; on dit néanmoins que cet arbre le produit en quantité. Au contraire, d’après Hésiode, s’il abrite du miel et des abeilles, il s’en trouve aussi grandement affermi. Voilà pourquoi y naît seulement une humeur mielleuse tombant du ciel, sans se déposer sur le feuillage des autres arbres]. {a}


  1. V. infra note [21].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=4

(Consulté le 25/02/2024)

Licence Creative Commons